Même caché, il reste offert.

Publié le par Impressions éphémères, le blog

IMG_0936.JPG

Un banc public. Sa présence n'a de sens que si certains s'y bécottent. Sinon, soutien pour un peu de repos, il se sent utile mais lourd du poids de ce qui n'est plus. A moins que, d'un bond, de jeunes pieds s'y juchent dans un moment de jeu dans lequel on se sauve en se perchant. Ou bien si son dossier devient fil d'équilibriste. Un banc public vit de l'imaginaire qu'il accueille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Diagonale 19/10/2010 17:32



Qui n'a pas de souvenirs émouvants sur ces bancs ??? de l'école au premier baiser...souvent ils ont été le théâtre de nos élans...



Impressions éphémères, le blog 19/10/2010 22:29



Et ils accueillent tout le monde, du bébé dans les bras de sa mère (ou de son père) en promenade, jusqu'à la personne fatigue par les années et qui regarde le temps continuer à faire exister.