Vivre de souvenir et d'attente.

Publié le par Impressions éphémères, le blog

IMG_3225.JPG

Le soleil a beau percer les nuages, il n'a plus sa puissance. Il ne dissipe plus la pluie, mais en révèle les dernières traces, accrochées avec ironie à l'extrême bord d'une feuille qui se réchauffe. Le soleil est déjà souvenir de lui-même, ancêtre qui,  de sa jeunesse, ne dispose que de vestiges. Le plaisir tient alors à l'anticipation de son affaiblissement progressif, puis de son retour lointain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Catherine 20/10/2010 22:15



Sourire, tout le contraire d'une impression éphèmère...



Impressions éphémères, le blog 20/10/2010 22:25



Touché en plein coeur !



Catherine 18/10/2010 22:53



J'arrive tardivement, mais il n'est jamais trop tard... Enfin, je crois... J'aime cette image superbe, une feuille de vigne sans cep, qui se laisse pleurer, de joie j'espère. Vit-elle de souvenir
et d'attente ? Peut-être, mais la rosée du matin viendra la combler, enfin j'espère, chaque jour qui se lève a été attendu, puisqu'il est vécu, l'attente ne tient sa justification que dans
l'espoir d'un retour... tant attendu...



Impressions éphémères, le blog 19/10/2010 00:05



Un retour tant attendu... il est des êtres qu'il faut savoir attendre, qui se font désirer, dont la patience, aussi, est douce des images partagées, des mots échangés, dont le miel persiste à
donner du goût aux jours... des êtres dont on n'attend que les signes comme des aurores.



Diagonale 16/10/2010 11:08



Eau soleil et végétal....la vie, tout simplement ...



Impressions éphémères, le blog 16/10/2010 14:54



Rien n'est plus simple ni plus exact.



Prioul Serge 16/10/2010 08:34



Evidemment, il ne faut pas attendre mais vivre l'instant comme il est. L'automne est magnifique avec ses couleurs, ses fruits, ses premières veillées devant le feu,
ses châtaignes que l'on grille ou que l'on mange aussi, en pays Gallo, avec du lait de baratte, un régal ! et ses premières gelées... puis l'hiver et ses arbres en dentelle qui laissent passer
une lumière plus rare et d'autant plus précieuse, ses rendez-vous d'amis et de famille, ses premières fleurs qui percent, pleine de ferveur, la terre gelée, ses jours de neige dont on
s'émerveille et malgré tout, il faut bien le reconnaître, cette attente du printemps proche qui nous fait des signes sur les boutons des camélias.



Impressions éphémères, le blog 16/10/2010 14:53



Vivre l'instant comme il est est certainement la sagesse. Je goûterai malgré tout meiux l'instant de la fin du printemps et de l'été... parce que je ne suis pas encore sage.



Pastelle 15/10/2010 23:31



Les deux sont importants. Et le souvenir, et l'attente. L'un étant la promesse de l'autre. Et vice versa.  :)



Impressions éphémères, le blog 16/10/2010 14:51



Le souvenir est la promesse de l'attente ? Joli ; mais ce n'est vrai que jusqu'au moment où l'on n'attend plus rien, ce qui arrive pour certains.