Un ange attend.

Publié le par Impressions éphémères, le blog

IMG_1688bis.JPG

Sur qui, désormais, l'ange veille-t-il ? Que porte-t-il désormais, lui le messager ?

Un peu plus de vingt années nous séparent du moment admirable où l'on vit un ange aimer une trapéziste et devenir homme pour elle. Il était devenu évident que la seule bienveillance inépuisable que les anges éprouvaient envers les hommes ne les satisfaisait plus. Découvrir la mortalité, non plus comme le lot tragique des autres - les hommes-, mais comme ce que l'on choisit pour devenir un avec une autre, était soudain devenu l'expérience ultime. Encore fallait-il que le monde humain reste peuplé, et qu'il garde pour une forme de transcendance un regard, confiant ou inquiet, aimant ou interrogatif.

Il n'en est peut-être plus ainsi. Incarné, visible, il s'est installé dans un monde dépeuplé, qui l'ignore, un monde dans lequel on s'abrite derrière des grilles, on se réfugie au plus vite chez soi, de crainte que l'étranger cherche à s'y installer. Les bancs publics n'accueillent plus personne. Méfiance et isolement ?

L'ange médite. Attend qu'on lui parle. Que l'on écoute ainsi le message de sa simple présence : tout n'est pas donné, il y a un ailleurs, non pas caché, mais à faire exister. Pour exister.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sandrin 23/08/2010 09:18


J'adorerais vivre ainsi dans un lieu où a été installé un ange. Il semble veiller sur les lieux et les hommes.
Oui, nous portons ce besoin de merveilleux : un monde sans esprit(s) est un monde mort,du moins plat. la figure de l'ange contient de l'illimité, - cette poésie qui permet de créer et d'inventer
(hum... "faire exister")...


Impressions éphémères, le blog 23/08/2010 09:48



Ce lieu est assez étonnant ; c'est la troisième ville du Portugal, Braga. Extrêmement pieuse, dit-on, ville où se tinrent trois ou quatre conciles (Wikipédia rend savant : "doctus cum wikip"...).
La ville ancienne est pleine d'églises... et de maisons abandonnées. Cela produit une espèce de merveilleux, tu en as eu l'intuition, mais un peu inquiétant : pourquoi abandonner l'ancien ?
Peut-être pour laisser à l'imaginaire des ouvertures dans le réel. Peut-être cet ange dit-il cela aussi. Tu m'as guidé vers une autre lecture de cette installation (ou statue).