Le goût.

Publié le par Impressions éphémères, le blog

IMG_0371.JPG

Eplucher des légumes, c'est souvent ne garder que ce que l'on cuisine et jeter le reste, les épluchures. Si on ne les consomme pas - peut-être à tort -, ils peuvent avoir un autre statut de celui de rebut. Abandonnons la relation intéressée qui anime notre regard. Ne regardons plus ce qui est consommable et ce qui ne le serait pas. Regardons. En libérant un peu le regard. Il reste des formes qui entretiennent des rapports entre elles. Et qui jouent avec la lumière. On ne s'attardera pas de la même manière sur le plat : à la cuisson les tons gris, avec des pointes de bruns, de rouges et de vert délavés, domineront. Rien qui arrête de manière désintéressée. Où l'on comprend que le goût a bien deux significations : celui de la consommation et celui de la contemplation.

 

(première infidélité au G7, au bénéfice du Canon EOS 550D)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sandrin 01/09/2010 20:40


les épluchures peuvent à défaut de nourrir le regard, être jetés en terre pour la nourrir. eh oui, c'est mon coté pratique, j'aime savoir que des vers vont naitre de ce composite et creuser, cachés
de tous, quelques galeries aussitot écroulées. Difficile d'en faire une photo, quel que soit le matériel...


Impressions éphémères, le blog 02/09/2010 01:34



Faut-il tout montrer ? Suggérer, laisser apparaître ou deviner pourrait suffire. Il faut accepter les limites de la photo.



Pastelle 01/09/2010 00:49


En réalité ce qui m'interpelle le plus dans cette note ce n'est pas l'histoire des épluchures, quelles qu'elles soient, mais celle de cette notion d'"infidélité". A un objet. Ou à soi ? A soi
associé à un autre objet ?
Mais quoi qu'il en soit je te souhaite plein de bonheur dans l'infidélité. ;)


Impressions éphémères, le blog 01/09/2010 17:21



Bien vu... j'ai employé le terme dans une expression triviale, mais toute expression employée dit souvent plus qu'on ne le voudrait. Il y a, de ma part, plus une espèce de délaissement du G7
(qui, par exemple, a du mal à monter en iso, et me rend la vie un peu difficile), mais j'y suis attaché. L'autre offre d'emblée quelques satisfactions sans qu'on ait le moindre mérite ! Il me
semble que je ne suis donc pas vraiment infidèle à moi-même, mais à un objet qui m'a révélé mon goût pour la photo, à qui je dois beaucoup ; mais il ne s'agit que d'un objet : il n'en est pas
affecté.