La liberté, en graff officiel et en problème.

Publié le par Impressions éphémères, le blog

DonQuichotte.jpg

" La liberté, Sancho, est un des dons les plus précieux que le ciel ait faits aux hommes. Rien ne l’égale, ni les trésors que la terre enferme en son sein, ni ceux que la mer recèle en ses abîmes. Pour la liberté, aussi bien que pour l’honneur, on peut et l’on doit aventurer la vie ; au contraire, l’esclavage est le plus grand mal qui puisse atteindre les hommes. Je te dis cela, Sancho, parce que tu as bien vu l’abondance et les délices dont nous jouissions dans ce château que nous venons de quitter. Eh bien ! au milieu de ces mets exquis et de ces boissons glacées, il me semblait que j’avais à souffrir les misères de la faim, parce que je n’en jouissais pas avec la même liberté que s’ils m’eussent appartenu ; car l’obligation de reconnaître les bienfaits et les grâces qu’on reçoit sont comme des entraves qui ne laissent pas l’esprit s’exercer librement. Heureux celui à qui le ciel donne un morceau de pain, sans qu’il soit tenu d’en savoir gré à d’autres qu’au ciel même !"

Être libre, est-ce ne dépendre que de soi ... et du ciel ? A ce compte, comment prétendre que l'on peut atteindre cette situation ? Comme si les autres auxquels chacun doit tant pouvaient disparaître sous prétexte qu'ils ne me témoignent pas maintenant de leur bienveillance. Dois-je à moi-même de parler et de réfléchir ?

La liberté n'est-elle pas bien plutôt ce que l'on parvient à affirmer à partir des conditions qui s'offrent à nous, et qui, pour un grand nombre, nous sont offertes (même involontairement) par d'autres ?

C'est tellement plus valorisant de croire que l'on est capable de ne rien devoir à personne... à part au ciel (mais dire cela revient au même : on ne doit rien à personne) !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Aurelynx 01/09/2010 19:48


La liberté il ne suffit pas d'attendre qu'on nous la donne pour l'avoir. Ce n'est pas un cadeau ni un droit. Meme si l'on reconait légalement la liberté, c'est surtout de montrer ce que ce n'est
pas.
Au final je pense que la liberté ca se prend. C'est une sorte d'impertinence qui n'entrave pas nécessairement celle du voisin, a l'encontre de l'expression populaire. Car dans une société ou l'on
ne reconnait plus que les individus il devient logique de s'attendre a avoir peur de la liberté des autres. Comme si autrui était mauvais par nature. Comme si ca nous dispensait individuellement
d'avoir conscience qu'en exercant notre liberté on peut aussi préserver celle des autres.


Impressions éphémères, le blog 02/09/2010 01:37



Le problème c'est bien non seulement de prendre sa liberté, mais aussi d'exister librement en même temps que les autres en font autant. L'impertinence en est une belle manifestation, et la
confiance en est une autre.



Emé 31/08/2010 15:56


En effet, je pense que dire que notre liberté viendrait directement du ciel et donc ne dépendrait que de nous-même ne suffit pas... dans quelle mesure pouvons-nous nous octroyer la liberté? car la
liberté ne dépend que de la situation que nous vivons... nous ne sommes libres qu'à partir du moment ou certaines contraintes humaines ne nous atteignent pas... si non, il n'y a pas de liberté, il
y a tout simplement la vie, sans aucune définition supplémentaire... A quel moment est apparu le concept de liberté ? est-ce que l'homme n'ayant jamais été opprimé, ayant toujours vécu dans un
environnement naturel, parle de liberté et en a même conscience ? Notre liberté dépendrait donc directement de notre relation aux autres. Mais est-ce que les autres nous offrent cette liberté ? je
n'en suis pas sure.
je pourrais continuer à écrire encore longtemps (j'étais d'ailleurs en train de le faire) mais on en fini plus... ;-) -- c'était mon petit lâchage !! à bientôt


Impressions éphémères, le blog 31/08/2010 21:43



Quand tu te laches, c'est pas mal. Je ne crois pas que les autres nous offrent la liberté dans le sens où ils nous donneraient quelque chose qu'ils possèderaient, mais ils nous permettent
d'accéder à ce qui nous permet de nous approprier notre puissance d'être, ou plutôt d'essayer d'être par soi-même : la reconnaissance, la parole, la réflexion, etc.