Déclaration et injonction.

Publié le par Impressions éphémères, le blog

IMG_0295.JPG

Déranger, acte à peine sensible ou acte violent, bouleversant. Il peut s'agir des habitudes auxquelles on impose des modifications, parfois par prudence. Ainsi en va-t-il de certains travaux qui imposent de modifier le chemin habituellement suivi. Ou bien de pratiques sociales qui suscitent un engouement, une adhésion importante dans lesquelles on introduit une humeur contraire à celle qui devrait prévaloir (l'humeur Disney). Mais comme les "réseaux" dits "sociaux" mettent en oeuvre aussi un forme d'humour dans la constitution des groupes, un de ceux-ci peut s'offrir de se nommer d'une appellation légèrement décallée, à peine "politiquement incorrecte". Le mieux (au risque de passer pour un has been, un qui ne comprend pas le monde, un qui ne saisit pas la nécessité "d'avancer") pourrait aussi de ne pas fréquenter ces réseaux...

Mais qu'est-ce que se manifester dans le cadre d'un (ce mot sonne, reconnaissons-le, de manière assez désagréable) blog ?

"Internautes, passez ailleurs" ? Pas facile à énoncer, encore moins à afficher. Allez, on se range !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pastelle 02/07/2010 19:13


Du coup j'en ai oublié de commenter la photo.
Joli coup d'oeil. :)


Impressions éphémères, le blog 02/07/2010 21:50



Merci.



Pastelle 02/07/2010 19:10


Une analyse pleine de subtilité. Qui m'a rendue perplexe à la première lecture, et qui aujourd'hui me provoque un grand sourire. Mais ce n'est jamais que ma lecture... :)


Impressions éphémères, le blog 02/07/2010 21:49



J'aurais aimé savoir ce qui t'a fait passer de la perplexité au sourire (grand) : ta lecture m'aurait peut-être (surement) fait regarder autrement cette photo.



sandrin 30/06/2010 19:39


euh. moi j'ai pas compris la "chute". Mais ne faisant jamais que passer, m'a-t-on seulement aperçue ?


Impressions éphémères, le blog 30/06/2010 22:59



Tu sais bien ce que Brassens a dit des passantes. On fait plus que les apercevoir.


Quant à la chute, elle est trop elliptique, en premier lieu pour celui qui l'a formulée, et qui retourne s'allonger sur la pelouse, pas à l'ombre puisqu'il fait nuit, mais sous les étoiles, pour
y voyager, et tenter d'en approcher ne serait-ce qu'une poussière.