Dans le regard, les possibles.

Publié le par Impressions éphémères, le blog

IMG_0576bis.JPG

Dans le regard, plus qu'un monde : un retrait. L'indice que tout ne se donne pas : ce qui apparaît prend forme par ce qui s'en dérobe. Il y a ce regard, et pas simplement des organes de la vue, parce que l'on sait qu'il n'y a pas un ensemble de stimulations visuelles qui produisent des phénomènes physiques et chimiques dans un nombre incalculables de cellules. Il y a ce regard qui renvoie à une histoire, à des émotions, des relations vécues à autre chose que des sensations : des souvenirs, des sentiments, des projets. Rien de cela n'est donné dans ce regard, mais tout est possible par lui. L'histoire dont il est gros aurait pu être autre, ouvre sur différents horizons dont un seul persistera. Dans le regard, tout le retrait de l'imaginaire, c'est-à-dire de la profusion sensible des possibles. La richesse du sens.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Catherine 28/06/2010 22:44


Le regard, tourné un peu sur le côté, il ne fixe pas, il dit, il dit ce que l'on en perçoit surtout. J'aime beaucoup cette photo, ce regard aussi, qui outre de très beaux yeux laisse percevoir la
sensibilité. Les yeux sont dit-on le miroir de l'âme, là j'avais envie d'écrire les nénuphars...


Impressions éphémères, le blog 28/06/2010 23:04



Seraient-ce des yeux d'étangs, ou de fleurs ? Il y a une profondeur inaccessible dans les étangs, comme dans les fleurs qui y poussent : elles offrent une image magnifique et cachent ce qui les
alimentent. Troublantes fleurs.